Relance du train des primeurs, la première brique d’un vaste plan de reconquête du fret ferroviaire

"Vous avez devant vous un Premier ministre qui a été meurtri par l’affaire du Perpignan-Rungis, le train des primeurs"

Plus d’une année après le dernier convoi qui partait du marché d’intérêt national de Perpignan Saint-Charles pour rallier son homologue parisien de Rungis, le Député Alain PEREA salue les annonces du Premier Ministre, Jean CASTEX, dans le cadre de son déplacement à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).


Une issue enfin trouvée après des mois d’incertitude

Pour rappel, la ligne ferroviaire Perpignan-Rungis permettait d'acheminer près de 400 000 tonnes de fruits et légumes. Depuis plusieurs mois, le sort de cette ligne stratégique demeurait en suspens. Le Premier ministre a témoigné, lors de sa visite du chantier de transport combiné, de toute sa volonté à réhabiliter cet axe ferroviaire.


Suite à l’impact de la crise sanitaire, la gratuité des droits de péage pour les trains de marchandises est une des premières mesures annoncées ce lundi :

« Il y a des péages pour emprunter les sillons (…) que les trains de marchandises empruntent avec les trains de voyageurs, donc nous avons décidé la gratuité de ces péages jusqu’à la fin de l’année 2020 et une division par deux, c’est un effort tout à fait significatif, en 2021, du prix de ces péages », a déclaré le Premier ministre.

Cet effort budgétaire de relance représente plus de 125 millions d’euros en 2020 et 2021. Très concrètement, l’Etat va débloquer dès à présent 63 millions d’euros afin de financer la gratuité des péages d’accès au réseau ferroviaire français pour toutes les entreprises de fret ferroviaire opérant sur le territoire national.


Des mesures pour un renouveau du fret ferroviaire acté par le Conseil de Défense écologique


Plus largement, le gouvernement a affiché la « ferme intention de rouvrir et développer les autoroutes ferroviaires ». L’ambition du gouvernement est de lancer des appels à projets d’ici la fin de l’année, notamment pour les axes Bayonne-Cherbourg ou encore Sète-Calais. La perspective d’un prolongement de la ligne Perpignan-Rungis, d’Anvers jusqu’à Barcelone a également été évoquée.

Le Premier ministre souhaite consacrer un financement annuel pouvant aller jusqu’à 35 millions d’euros d’aides au démarrage de ces projets.

« J’espère que nous pourrons faire redémarrer prochainement les travaux pour des avancées significatives dans les prochains mois. […] Nous devons investir. Les transports combinés, c’est l’avenir » s’est exprimé en ces termes Jean CASTEX.


La première étape du plan de relance ferroviaire symbolisée par la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis permettra d’éviter la circulation de quelques 20 000 poids lourds sur les routes. Circulation qui correspond à l’émission de 450 000 tonnes de CO2.


Le député Alain PEREA a indiqué qu’« outre les mesures d’urgence pour aider ce mode de transport à surmonter la crise et renforcer sa compétitivité, plusieurs propositions issues de la Convention citoyenne sur le climat viendront compléter ces annonces. Je serais pleinement mobilisé dans la traduction législative de toutes les propositions qui iront dans le sens d’une modernisation du modèle ferroviaire français ».



Les derniers posts