"Je suis fier de contribuer, à ma mesure, à la défense de notre viticulture et de notre patrimoine"

« Je suis fier de contribuer, à ma mesure, à la défense de notre viticulture et de notre patrimoine ».

C’est par ses mots que notre Député a accueilli cette semaine deux bonnes nouvelles qui ont couronné son engagement et son action auprès du Ministre de l’Agriculture et du Premier Ministre en faveur de nos viticultuerus et agriculteurs…


Deux solutions annoncées cette semaine pour résoudre des difficultés qui duraient depuis des années !


Ainsi, en fin de semaine dernière, l’Assemblée a mis à l’ordre du jour de Décembre l’examen du projet de loi visant à adopter l’obligation d’un étiquetage non équivoque de l’origine du vin sera examinée par l’Assemblée début décembre 2019.

Cette mesure constitue l’aboutissement d’un long combat parlementaire auprès des services du Ministère et de mes collègues et la satisfaction d’une revendication ancienne.

Ces nouvelles dispositions, introduites dans le Code de la Consommation et qui reprennent les termes d’un amendement déposé l’an dernier par notre Député, permettront de lutter efficacement contre les fraudes visant à induire en erreur le consommateur sur l’origine du vin, notamment par l’utilisation d’une iconographie ou d’une étymologie propre aux terroirs français.

Sous réserve d’un examen rapide par le Sénat, sa mise en application sera effective dans le premier semestre 2020.


Seconde bonne nouvelle, annoncée elle directement par le Ministre de l’Agriculture lui-même lors de la dernière séance de question au gouvernement en réponse à la question d’Alain PEREA : le maintien des aides européennes aux agriculteurs qui s’engage dans la vie publique.

En effet, aussi étrange que cela puisse paraître, les éventuelles indemnités liées à l’engagement citoyen de l’agriculteur entrait, jusqu’à aujourd’hui, en compte pour fixer le montant des aides européennes auxquels il pouvait prétendre et le plus souvent, conduisait l'élu agriculteur à être exclu de toutes aides européennes !

« Alors que l’on demande aux citoyens de faire vivre notre démocratie en s’engageant pour nos territoires ruraux, on les pénalise ensuite dans leurs vies professionnelles. Ceci était une situation administrative inacceptable ! » fait part le Député. « On ne peut pas demander à un agriculteur, de choisir entre faire vivre son entreprise et s’engager pour faire vivre son village ! ». Depuis plusieurs semaines, M. le Député avait fait part de cette difficulté et de la nécessité d’y remédier auprès du Ministre de l’Agriculture et du Premier Ministre afin que cette situation cesse. Ces interventions ont été porteuses de succès puisque le Ministre de l’Agriculture a confirmé qu’une instruction ministérielle sera signée ces prochains jours pour que cesse cette situation.


« Ce sont deux bonnes nouvelles pour notre territoire, pour nos viticulteurs et pour nos agriculteurs. Je suis particulièrement satisfait d’avoir pu enfin faire aboutir ses dossiers bloqués depuis des années sans solution ! » conclue le Député



Retrouver l’intervention complète du Député et la réponse du Ministre

ci dessous:


Les derniers posts