LGV Occitanie : "Apres 40 ans de promesses non tenues, enfin un calendrier ferme et des finance


Examinée au sein de la Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire dont Alain PEREA est Vice Président, la loi « Orientation des Mobilités » porte deux objectifs, jusqu’à présent trop souvent sacrifiés l’un au profit de l’autre : repenser les mobilités du quotidien et définir une stratégie pluriannuelle sur les grandes infrastructures de transports.

# Le dossier LGV : « Nous sommes passés de promesse sans suite depuis 40 ans à un calendrier et des financements fermes »

Sur ce second volet des infrastructures LGV d’Occitanie, des avancées significatives ont été actées hier soir en Commission à l’initiative d’Alain PEREA et de ses collègues députés d’Occitanie.

En premier lieu, pour la première fois, après près de 40 ans de promesses sans suite, la loi fixe de manière ferme un calendrier et sanctuarise des financements pour l’achèvement des Lignes Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan dans moins de 20 ans.

En second lieu, Alain PEREA et ses collègues ont obtenu de la Ministre que le texte de loi comportera, pour son examen en séance publique, des dispositifs permettant la création d’une société publique de financement régional (à l’image de celle existant pour le Metro du Grand Paris) comme le demandait depuis longtemps le Conseil Régional.

# Société Publique de Financement Régional de la LGV: « Ce n’est pas un blanc-seing ! Il n’y pas de mauvais outil, que des mauvais artisans ! »

« J’ai toujours revendiqué une nécessaire plus grande liberté et plus grande responsabilité des Collectivités : si la Région le demande, je ne peux pas par principe refuser ce nouvel outil » explique le Député…

Une opportunité nouvelle qui ne clôt pas le débat pour autant : « Cette inscription législative n’est pas pour autant un blanc seing ! Il n’y a pas de mauvais outil, que de mauvais artisan » rappelle le Député.

« Sincèrement, prélever près de 7 milliards d’impositions supplémentaires sur les Entreprises par le Conseil Régional pour gagner quelques années à l’arrivée du TGV mérite à minima une vrai discussion élargie et publique ! Personnellement, je suis très sceptique mais je ne demande qu’a être convaincu ! »

Revenant sur l’historique de cette demande, Alain PEREA précise qu’« il a été plus compliqué de convaincre car le Conseil régional n’a jamais souhaité associer les Députés de la majorité à leur démarche. A titre personnel, cette politique du boycott politicien me désole puisque, si besoin, voilà la preuve qu’en jouant groupés, les Députés et la Région ont plus de chance d’être entendu… »

« L’avenir de notre Région ne doit pas être suspendu au tactique politicienne et sectaire héritée d’un temps ancien ! Avec la Région, nous pouvons ne pas être d’accord sur certains points mais nous devons échanger et parler…Si besoin était, ce vote en donne définitivement la preuve. En refusant de travailler avec nous, les Députés, Madame DELGA prive les habitants d’Occitanie d’opportunités pour des tactiques politiques personnelles ! ».


Les derniers posts