Mieux accompagner les "Enfants de la République" à la sortie de l'Aide Sociale à l&#39


Il y a quelques mois, Alain PEREA, avec sa collègue Perrine GOULET, député de la Nièvre, faisait partie des cosignataires d’une demande de Commission d’enquête sur le fonctionnement (et les dysfonctionnements) de l’Aide sociale à l’Enfance.

Après des mois d’échanges, d’auditions et de visites, cette Commission d’enquête a permis d’aboutir à une proposition de loi visant à renforcer l’accompagnement des jeunes majeurs vulnérables vers l’autonomie, récemment adopté par l’Assemblée.

Cette loi est ainsi dédiée à la situation très critique de ces enfants placés qui, à leur dix huit ans, sorte du dispositif d'aide sociale à l'Enfance.

« Je tenais particulièrement à être présent pour le débat et le vote de cette proposition de loi » précise Alain PEREA. « Cette loi est une première réponse à ses enfants abîmés par la vie et qu’on l’on oublie dès leurs 18 ans révolus ! »

# Alors que les enfants placés représentent 0,02% des mineurs en France, ils représentent à la sortie du système d’Aide sociale à l’Enfance 26% des sans-abris !

Car en effet, les chiffres sont accablants : alors que les enfants placés représentent 0,02% des mineurs en France, ils représentent à la sorte du système d’Aide sociale à l’Enfance 26% des sans-abris !

« Comme le rappelle le projet de loi, on soumet ces enfants, souvent fragiles, a l’obligation de devenir autonome à 18 ans alors que la plupart de nos enfants ne le sont qu’à 25 ans en moyenne… Quelques Départements poursuivent l’accompagnement de ces enfants après 18 ans mais dans la plupart du temps, ces jeunes adultes disparaissent du système et sont livrés à eux-mêmes » précise le Député…

# Rendre obligatoire l’accompagnement en sortie d’ASE et multiplier par 5 le budget de l’Etat pour ces mesures…

Ainsi, cette proposition de loi vise spécifiquement cet enjeu d’accompagnement à la sortie du dispositif d’Aide sociale à l’Enfance.

Les dispositifs d’accompagnement de sortie seront désormais obligatoirement proposés aux jeunes majeurs sous forme de « Contrat Jeunes Majeurs » ou de « Contrat Accès Autonomie » pour éviter les « sorties sèches ».

Ces Contrats permettront d’aider et d’accompagner ces jeunes adultes dans leur premier pas : poursuite d’étude, accès au marché de l’emploi, accès à un logement…

Ils bénéficieront dans ce cadre d’une priorité pour les logements étudiants.

Cet accompagnement à l'autonomie devient un droit pour le jeune adultes jusqu’à ses 21 ans et les Départements pourront pousser le dispositif jusqu’au 25 ans.

Des mesures qui s’accompagne d’un effort collectif puisque le budget de l’Etat dédié à ces mesures sera multiplié par 5, passant de 12 à 60 millions d’euros par an.

« L’aide sociale à l’Enfance est une compétence des Départements mais elle est surtout l’affaire de nous tous, citoyens et parents. Par cette loi, la majorité a souhaité renforcer les engagements de l’Etat en la matière… Ils restent encore beaucoup de choses à faire mais pour ces enfants de la République, toutes et tous doivent unir leurs forces ! » conclue le Député.


Les derniers posts