Plan "Ma santé 2022": "Notre système de santé est une force et une fierté"


Annoncé hier par le Président, le Plan « Ma Santé 2022 » donne un cap pour refondre notre système de santé.

Notre système de santé est une force et une fierté

Grâce au dévouement des professionnels de santé, notre système de soins est l’un des plus performants au monde. Il est notre force et notre fierté. Nous avons la deuxième espérance de vie la plus élevée au monde et le reste à charge pour les ménages est le plus faible du monde (moins de 8% du coût dessoins), grâce à un haut niveau de couverture.

Mais ce système a été conçu il y a 60 ans, pour une société qui a évolué depuis : vieillissement de la population, forte augmentation des maladies chroniques, progrès technologiques, nouvelles thérapeutiques ou l’irruption du numérique…

Répondre aux évolutions du monde de la santé en mettant enfin le patient au centre de la politique de santé

Ces évolutions découlent aujourd’hui de multiples tensions, tant pour le patient (difficulté à trouver un médecin rapidement, attente interminable aux urgences, soins de qualité et de pertinence inégales) que pour les soignants (sentiment de perte de sens, impression de n’avoir pas le temps pour l’essentiel, manque de perspective d’évolution de carrière…)

Pour répondre à ces défis, notre gouvernement propose un « un changement de paradigme », une restructuration de notre système pour les 50 années à venir : mettre le patient au centre de la politique de santé, orienté sur la prévention et la qualité, dans lequel les professionnels de santé travaillent collectivement pour répondre à leurs besoins.

Cette vision fait aujourd’hui consensus dans le monde médical.

Pour y parvenir, 3 grandes orientations :

1. Regagner du temps médical, pour permettre à tous les patients d’accéder aux soins

2. Créer un collectif des professionnels de santé, pour que les patients soient bien orientés

3. Garantir des soins de qualité

Un plan pour lutter contre les déserts médicaux

C'est au travers de ses orientations que s'engagera également la lutte contre les déserts médicaux qui affecte la Narbonnaise, en créant de "nouvelles Communautés Territoriales de Santé", en favorisant l'installation des médecins en milieu ruraux et par création de 400 nouveaux postes de médecins salariés dans les territoires considérés comme des déserts médicaux.

De ces ambitions, des premières mesures ont été annoncées ( voir plus bas). D’autres suivront. Car l’enjeu de la réorganisation de notre système de santé et de la sauvegarde de notre modèle d’assurance maladie que le monde nous envie est une œuvre de longue haleine !

Dans un contexte budgétaire tendu, le financement prévu sera à la hauteur des ambitions de cette stratégie : plus de 3,4 milliards d'euros supplémentaires ( 1,6 milliard pour la structuration des soins dans les territoires, 920 millions d'euros pour l'investissement hospitalier, 500 millions pour la transformation numérique et 420 millions à l'évolution des métiers et des formations) et une hausse de 2,5% des dépenses d'assurance malaide dès 2019, soit la plus forte hausse depuis 6 ans!


Les derniers posts